Bonjour, bonjour,

Une nouvelle petite phrase ce matin pour commencer une semaine hivernale et un peu de lecture :

Il faut tendre la main à ses amis sans fermer les doigts. - DIOGENE diogène

Biographie de l'auteur d'après wikipédia et monsieur biographie :

Diogène est le fils d'un banquier de Sinope. À la suite d'une accusation de fabrication de fausse monnaie, son père est jeté en prison et Diogène doit fuir à Athènes — selon d'autres traditions, ils fuient tous les deux.
Il devient le plus célèbre disciple d'Antisthène, le fondateur de l'école cynique. Selon Sénèque, confirmé par Juvénal (admiratif) et par Lucien de Samosate (moqueur), il vit vêtu d'un manteau grossier, allant pieds nus, dormant dans un πίθος/píthos (amphore géante pour céréales, le tonneau n'ayant été introduit que bien après par les Gaulois dans la civilisation romaine), ne possédant rien d'autre et ne subsistant guère que des contributions de ses auditeurs ou mécènes. Plusieurs anecdotes témoignent de son mépris des richesses et des conventions sociales. Il n'hésite pas à mendier auprès des statues afin de « s'habituer au refus ». Il abandonne même son écuelle après avoir vu un enfant buvant à la fontaine dans ses mains. Lorsqu'il est interrogé sur la manière d'éviter la tentation de la chair, Diogène répond que c'est en se masturbant (« Ah si on pouvait faire disparaître la faim en se frottant le ventre »). On l'aurait également vu parcourir les rues d'Athènes en plein jour, une lanterne  à la main, déclarant « Je cherche un humain » à ceux qui lui demandaient ce qu'il faisait. Cet humain est celui théorisé par Platon, l'idéal de l'humain. Diogène réfute son existence, ne voyant que des hommes concrets. Une anecdote rapporte que, Platon ayant défini l'homme comme un « bipède sans cornes et sans plumes », le jour suivant, Diogène se promena dans la ville, tenant à la main un coq plumé aux ergots coupés et déclarant : « Voici l'homme de Platon ! ». 
À la fin de sa vie, il se dirige vers Égine en bateau quand celui-ci est pris par des pirates. Mis en vente comme esclave à Corinthe, il déclare au marchand qu'il sait gouverner les hommes, et qu'il faut donc le vendre à quelqu'un qui cherche un maître. Il est acheté par un riche Corinthien qui admire son indépendance d'esprit, et lui rend la liberté. C'est à Corinthe que se situe sa fameuse rencontre avec Alexandre le Grand. Le conquérant lui ayant demandé ce qu'il désirait, Diogène, dans l'ombre, lui répond : « Ôte-toi de mon soleil».[1] »
De Diogène de Sinope, la tradition philosophique retient aussi sa mort plutôt curieuse, en son genre : il serait décédé des suites de l'ingestion d'un poulpe cru ! Il meurt en tout cas à Corinthe. Il avait demandé qu'on jetât son corps à la voirie mais ses amis lui firent des funérailles magnifiques. On plaça sur son tombeau une colonne surmontée d'un chien en marbre de Paros.
 
Bonne lecture et bon début de semaine.

L'Equipe de "Culture et Loisirs"